Severus, Edmond Dantès & Bidam
Mes lectures du moment : # 9
HHhH de Laurent Binet (prix Goncourt du premier roman 2011)
Résumé : il s’agit d’un récit historique, celui d’un attentat perpétré en 1942 par deux Tchécoslovaques contre un chef nazi, le planificateur, entre autres, de la Solution finale : Heidrich. Chez les SS, on dit de lui : “HHhH”. Himmlers Hirn heisst Heidrich - le cerveau d’Himmler s’appelle Heidrich.
En même temps qu’il nous conte cette histoire véridique, l’auteur mène une lutte pour s’empêcher le plus possible de romancer son récit car il voit cela comme une trahison pour ces personnes qui ont réellement existé.
Mon avis : un ouvrage original sur sa forme puisque l’auteur ne cesse de s’interroger sur la façon de raconter cette histoire de la façon qu’il veut la plus authentique possible. La difficulté est grande tant il est facile d’interpréter, d’extrapoler, d’inventer quelque chose en se disant que c’est plausible. Je trouve sa réflexion intéressante même si je dois avouer que je ne m’étais jamais posé la question en lisant des récits historiques. La plupart du temps, on accepte l’extrapolation comme allant de soi tant il est presque impossible de faire autrement. L’auteur nous parle de lui-même, de ses doutes, des livres qu’il a lus sur le sujet, des films qu’il a vu, il est très impliqué et donc très présent tout au long du livre.
Il y a un autre aspect qui m’a surprise en lisant ce livre et l’auteur lui-même s’en rend compte, c’est la place plus qu’imposante accordée à la personnalité de Heidrich et à l’évocation de ses méfaits. Lorsqu’on lit le résumé, on pense que le livre va se centrer sur l’attentat et les deux résistants, eh bien non, cela n’arrive véritablement que dans le dernier tiers de l’histoire. La majeure partie du récit se centre donc sur la machine nazie et son “cerveau”, Heidrich. On a plusieurs fois affaire à des extraits de ses discours ou de ceux de Hitler. Même si on sait déjà beaucoup de choses sur les méfaits nazis de cette époque, il y a toujours moyen d’en apprendre davantage.
J’ai eu beaucoup d’intérêt à lire ce récit d’autant plus que je ne connaissais pas du tout cet attentat et donc son issue. L’histoire devient de plus en plus paliptante, l’auteur raconte les faits au temps présent donc on a l’impression de vivre l’action au moment même où on la lit.
Un livre que je conseille à tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et ses héros de l’ombre que l’on a grand plaisir à découvrir.

Mes lectures du moment : # 9

HHhH de Laurent Binet (prix Goncourt du premier roman 2011)

Résumé : il s’agit d’un récit historique, celui d’un attentat perpétré en 1942 par deux Tchécoslovaques contre un chef nazi, le planificateur, entre autres, de la Solution finale : Heidrich. Chez les SS, on dit de lui : “HHhH”. Himmlers Hirn heisst Heidrich - le cerveau d’Himmler s’appelle Heidrich.

En même temps qu’il nous conte cette histoire véridique, l’auteur mène une lutte pour s’empêcher le plus possible de romancer son récit car il voit cela comme une trahison pour ces personnes qui ont réellement existé.

Mon avis : un ouvrage original sur sa forme puisque l’auteur ne cesse de s’interroger sur la façon de raconter cette histoire de la façon qu’il veut la plus authentique possible. La difficulté est grande tant il est facile d’interpréter, d’extrapoler, d’inventer quelque chose en se disant que c’est plausible. Je trouve sa réflexion intéressante même si je dois avouer que je ne m’étais jamais posé la question en lisant des récits historiques. La plupart du temps, on accepte l’extrapolation comme allant de soi tant il est presque impossible de faire autrement. L’auteur nous parle de lui-même, de ses doutes, des livres qu’il a lus sur le sujet, des films qu’il a vu, il est très impliqué et donc très présent tout au long du livre.

Il y a un autre aspect qui m’a surprise en lisant ce livre et l’auteur lui-même s’en rend compte, c’est la place plus qu’imposante accordée à la personnalité de Heidrich et à l’évocation de ses méfaits. Lorsqu’on lit le résumé, on pense que le livre va se centrer sur l’attentat et les deux résistants, eh bien non, cela n’arrive véritablement que dans le dernier tiers de l’histoire. La majeure partie du récit se centre donc sur la machine nazie et son “cerveau”, Heidrich. On a plusieurs fois affaire à des extraits de ses discours ou de ceux de Hitler. Même si on sait déjà beaucoup de choses sur les méfaits nazis de cette époque, il y a toujours moyen d’en apprendre davantage.

J’ai eu beaucoup d’intérêt à lire ce récit d’autant plus que je ne connaissais pas du tout cet attentat et donc son issue. L’histoire devient de plus en plus paliptante, l’auteur raconte les faits au temps présent donc on a l’impression de vivre l’action au moment même où on la lit.

Un livre que je conseille à tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et ses héros de l’ombre que l’on a grand plaisir à découvrir.